Chargement...
Chargement...

BANDES DESSINEES

Coups de coeur BD

Coups de coeur BD

Nouveautés en BD

Nouveautés en BD

MANGA

Les nouveautés en shōnen

Les nouveautés shōnen

Les nouveautés en shōjo

Ceux qui viennent de sortir

Les nouveautés en seinen

Les sorties mangas en seinen

Comics

Les coups de cœur et indispensables en Comic-Books

Les indispensables d'hier et d'aujourd'hui et nos coups de cœur

Coups de cœur

Sur les traces des goze

Un destin étonnant, aux coutumes strictes et traditionnelles

Dans cette bande dessinée écrite par Tiago Minamisawa et illustrée par Guilherme Petreca chez Ankama, on se retrouve dans le Japon du XXème siècle, transporté par la douce mélodie du personnage principal. Inspirée d’une histoire vraie, Shamisen retrace le parcours de la goze Haru Kobayashi, de sa naissance à sa mort. Au Japon, les Goze étaient des musiciennes aveugles qui apprenaient très tôt à chanter et jouer du shamisen, un instrument de musique traditionnel Japonais à cordes, afin de voyager à travers le pays et vivre de leur musique. Elles répondaient à des règles très strictes comme ne jamais se marier et ne jamais avoir d’enfants. Ces femmes étaient indépendantes et courageuses, devant marcher parfois des journées entières durant leurs voyages, avec nulle autre compagnie qu'elles-mêmes. Haru Kobayashi était une des dernières goze connue, et s’est éteinte en 2005 à l'âge de 105 ans. 

Ce récit, à travers la vie de Haru, nous fait découvrir des personnages issus de la mythologie et du folklore japonais comme par exemple Yuki-Ona la sorcière des neiges, ou bien encore Shinigami le dieu de la mort. Toutes ces rencontres nous font non seulement découvrir la culture japonaise mais nous livrent aussi des réflexions sur l’art, le temps, la sagesse et bien d’autres choses encore…

Si vous n’avez toujours pas vu Apocalypse Now, ce roman graphique vous motivera plus que jamais !

Au travers des yeux d’une attachée de production nommée Sarah Evans, vous allez vivre le tournage comme si vous étiez, au plus près des acteurs et de l’équipe technique en plein cœur de cet enfer vert ! Mettez vos casques, préparez votre barda et embarquez dans votre chopper direction les années ...

En 1979, le public découvre le métrage de Francis Ford Coppola : Apocalypse Now. Lauréat d’une palme d’or à Cannes, de deux oscars et deux Golden Globes, le film est également conservé au sein de la bibliothèque du congrès des Etats-Unis pour son importance culturelle, historique ou esthétique. Aujourd’hui reconnu comme un chef d'œuvre, le long métrage s'est également fait dans la douleur. Peu de gens l’ignorent mais le tournage ne fut pas de tout repos entre conflits avec la production, casting peu enclin à s’engager et à coopérer, processus créatif des plus chaotiques, script ayant du mal à être finalisé… 

Malgré un graphisme quelque peu chaotique, Florent Silloray (déjà responsable du très bon Cooper : un guerre à Hollywood chez Casterman) signe avec Un tournage en enfer un superbe documentaire sur l’histoire derrière la conception d’un des plus grands films de tous les temps. 

Richement documenté et ne s’attardant pas trop sur des détails superflus, nous voyons ici que le combat le plus dur mené n’est pas la traque du colonel Kurtz dans la jungle mais bel et bien la confection de ce long métrage qui entraîne avec lui l’équipe au complet : infarctus de Martin Sheen, mégalomanie de Marlon Brando, comportements destructeurs de nombreux acteurs, difficulté à mettre en place les financements et décors pour le film, polémiques liées à la consommation d’alcool, de drogue, ou encore emploi de réels cadavres sur certains plans. Catastrophe économique et psychologique pour Coppola, catastrophe humaine pour l’équipe et d’autres joyeusetés que Silloray ne saura que trop bien vous expliquer. 

Malgré une partie graphique un peu en dessous (comme déjà dit en introduction), l’auteur parvient tout de même à brosser des visages convainquant nous permettant de reconnaître immédiatement les différents acteurs présents. Certaines scènes iconiques également sont tout de suite reconnaissables comme l’arrivée des hélicoptères accompagnée de la chevauchée des Valkyries ou encore la maison coloniale de la version “Redux”. 

Véritable enquête de la confection à la sortie du film, en passant par le banc de montage et par les multiples phases d’écriture, Un tournage en enfer : au coeur d’Apocalypse Now est une chouette découverte à faire aussi bien pour les connaisseurs cinéphiles, que pour les néophytes friands d'anecdotes sur le septième art. 

 

Le Batman est de retour et cette fois-ci il aura besoin de toute sa famille pour protéger Gotham !

Dix années après la défaite d'Azrael, Bruce Wayne doit faire face à une nouvelle menace : un Batman technologique évolue dans Gotham sous les ordres de Derek Powers, le nouvel homme fort de la ville !

A situation extrême, mesure extrême ! Plusieurs années après son affrontement contre Azrael et son arrestation pour actes de vigilantisme et en passe d’être libéré pour bonne conduite, Bruce Wayne va bientôt devoir enfreindre la loi et s’échapper du pénitencier de Stonegate. La raison ? Avec l’aide du magnat de l’industrie Derek Powers, un jeune homme à réussi à s’introduire dans les ruines de la batcave et à dérober un bat-suit futuriste. Équipé de ce costume, Terry McGinnis est désormais le bras armé de celui qui a tout pris à Bruce Wayne : son entreprise, son argent et sa ville.
Avec l’aide de Jack Napier mystérieusement revenu d’entre les morts, le chevalier noir va devoir une fois de plus incarner le symbole de Gotham et stopper cette escalade de violence dissimulant bien plus qu’un simple casse.


Après les trois premiers volumes de la saga “White Knight”, Sean Murphy poursuit l’aventure avec Beyond The White Knight est encore une fois nous sommes en présence d’un des meilleurs comic-book de l’écurie DC Comics que vous aurez l’occasion de lire. 

Ayant toujours pour leitmotiv l’appréhension et la compréhension du symbole que représente le Batman, Murphy étend son univers et le tord pour desservir sa propre mythologie. Par exemple dans cet univers, Richard Grayson n’est pas le premier Robin (c’est Jason Todd), Wonder Woman et le Superman ne sont pas encore en activité, les ennemis ne sont pas tous aussi manichéens qu’à l’accoutumée (le personnage de Victor Freeze par exemple) mais avant tout ce n’est pas le Batman qui est protagoniste principal de cette saga. C’est Harleen Quinzel le chevalier blanc de cette histoire, c’est elle qui guide Bruce Wayne, qui le protège et l’accompagne. Désormais mère depuis White Knight Harley Quinn et maintenant épouse de Bruce Wayne, Harleen est le personnage qui donne du cœur au récit et qui guide dans les directions adéquates protagonistes comme antagonistes. Une femme forte, dans la retenue mais également dans l’action qui donne son nom à la série. Il arrive parfois que le réel héros de la situation ne va pas arriver en dérapant en batmobile ou en lançant des batarangs, il arrive parfois que le réel héros soit celui qui écoute et qui aime. Ce que comprend Bruce Wayne en réussissant ses Robin en fin de récit. Dans Beyond The White Knight c’est la famille qui est mise en avant, de sang, de coeur ou d’adoption, en fin de compte c’est ce qui motive le Batman et Harleen à protéger leur ville.

Avec ces quatre volumes, Sean Murphy propose un thriller d’action super-héroïque excitant, rythmé et grandiose de par son graphisme et sa conception mais aussi de par son ajout à la mythologie du Batman et l’amour de l’auteur pour le justicier aux grandes oreilles.

La saga “White Knight” n’est pas prête de se clore et cela pour notre plus grand plaisir !

Gloria ou les schémas de la violence

Cette BD explore avec brio, justesse et compassion les mécanismes de la violence faite aux enfants.

Avec un trait très doux qui rappelle les albums illustrés pour enfants, la dessinatrice aborde les mécanismes de la violence faite à ces derniers et celle qui accompagne l’inceste. Pourquoi les mineurs qui subissent ces comportements ne disent rien ? Comment se fait-il que l’on puisse les côtoyer sans même s’en apercevoir ? Almudena imagine alors Gloria, une jeune assistante sociale qui travaille dans un centre d’accueil pour mineurs. 

Mais Gloria n’est pas sortie de nulle part : il s’agit de G., interviewée par une amie de l'autrice, qui raconte son quotidien ainsi que les trois histoires qui accompagnent le récit et qui l’ont terriblement impactée. Il ne s’agit en rien d’une fiction mais du témoignage puissant et terrible du quotidien de certains enfants et de celui de certains adultes, qui se démènent comme ils le peuvent pour leur venir en aide. 

Gloria est une incursion dans un sujet toujours tabou et dont l’omerta générale lui permet encore de subsister. Car parler c’est briser le cycle de la violence et entamer un chemin vers la libération. 

Dossiers & Actualités

L'écologie dans la bande dessinée

A l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité, venez découvrir notre sélection de bandes dessinées sur le thème de l’écologie !

L'histoire éditoriale de la maison d'édition le Lézard Noir

Fondée en 2004, découvrez une maison d'édition qui évolue constamment et oeuvre pour une meilleure reconnaissance de la BD japonaise alternative.

Le Label 619

Le Label 619 est arrivé comme un OVNI dans le milieu de la bande dessinée. Collection atypique aux thématiques diverses et au style graphique léché, elle nous a offert de splendides ouvrages. Retour sur ses origines.

Nos dernières vidéos en bande dessinée

À propos de "Cat's Eye"

Quentin Haegman libraire mollat, vous présente
"Cat's Eye" de Tsukasa Hojo aux éditions Panini manga.

À propos de Batman Year One

Quentin Haegman libraire mollat, vous présente "Batman Year One"
aux éditions Urban Comics.

Junji Ito et le Body Horror

Découvrez Junji Ito et le genre du "Body Horror"

Bandes dessinées

Chargement...