Chargement...
Chargement...

Dossiers

Johann Heinrich Füssli (1741-1825)

Le Musée Jacquemart-André organise la première grande rétrospective en France de l'oeuvre étrange et atypique de Füssli du 16 septembre au 23 janvier 2023. Précurseur des peintres romantiques, son oeuvre qui s'inspire de l'Histoire, de la mythologie et de la poésie est nourrie abondamment par les...

EDVARD MUNCH (1863-1944)

Il a peint une véritable icône de l'art Moderne : Le Cri (1893) qui apparaît sur tous nos téléphones portables sous la forme de l'émoticône de la peur et qui a aussi inspiré le masque du tueur de la saga Scream de Wes Craven, icône de la pop culture, il s'agit d'Edvard Munch à qui le Musée d'Orsa...

GERARD GAROUSTE

Le Centre Pompidou organise une belle et ample rétrospective consacrée à l'oeuvre de l'un des plus importants peintres français contemporains : Gérard Garouste du 7 septembre 2022 au 2 janvier 2023. Peintre puissamment figuratif, il trouve son inspiration dans la littérature (on lui doit de magni...

ROSA BONHEUR (1822-1899)

Le Musée des Beaux-arts de Bordeaux en collaboration avec le Musée d'Orsay fête le bicentenaire de la naissance de Rosa Bonheur dans sa ville natale à travers une grande rétrospective de son oeuvre du 18 mai au 18 septembre 2022, puis à Paris du 18 octobre au 15 janvier 2023. Cette ample expositi...

Un été en peinture

C'est une saison où la lumière et les couleurs exaltent les peintres : de Cézanne aux peintres impressionnistes, néo-impressionnistes et nabis, des peintres de Provence en passant par cette peinture internationale fin de siècle qui mêle réalisme photographique et sensationnisme pictural et jusqu'...

Arles 2022 : 53e rencontres internationales de la photogr...

Pour les amateurs de photographies, retrouvez Le Catalogue 2022 et les catalogues liés aux expositions de cette 53ieme édition des rencontres internationales de la photographie en Arles

Les Indispensables en Histoire de l'Art

Difficile de choisir un livre d'initiation à l'Histoire de l'Art tant le domaine est vaste : de la Préhistoire à nos jours et couvrant plusieurs continents. Le grand classique, qui date des années 50 et qui existe sous plusieurs formats (luxe, standard et "poche"), reste l'ouvrage de Ernst Gombri...

Sélection de livres

La Collection "Classics" des Editions Assouline

L'Art de Vivre de Destinations Mythiques

Coups de cœur

Une exploration visuelle et historique de la sorcellerie

Plongez dans l'univers de l'occulte et découvrez l'influence de la magie dans l'imaginaire des artistes.

Après Tarot et Astrologie, le troisième opus de la collection La Bibliothèque de l’ésotérisme s’arrête sur la Sorcellerie. Le champ d’étude est élargi mais le traitement demeure riche et savant. Le lecteur plonge dans l’histoire de la sorcellerie des premières évocations littéraires aux témoignages de praticiens actuels, en passant par les heures sombres de l’Inquisition. Si l’on y découvre le rôle fondamental joué par les éléments, l’évocation des rituels, la célébration des sabbats et tout ce qui concerne la culture de l'envoûtement, cette collection des éditions Taschen se démarque par la qualité de ses illustrations. Voici certes un livre de magie, mais également un livre d’art où les sortilèges côtoient les tableaux de Circé et Médée. Goya, Delacroix, Füssli, Blake, Waterhouse, Dali, … nombreux sont ceux qui ont souhaité donner un visage et un corps aux sorcières qui habitent les mythes antiques ou les vers de Shakespeare. L’enchantement est total, nous voilà fascinés tant par la lettre que par le trait. À travers ces 520 pages dont plus de la moitié est parée des représentations de sorcières légendaires ou anonymes, de sabbats et autres cérémoniels fantasmés, cet ouvrage nous démontre que la fascination pour l’occulte a traversé les âges et les continents et qu’elle a pénétré l’imaginaire des artistes qui y ont su y trouver la source de renouveaux picturaux. Les éditions Taschen nous offrent ici un recueil iconographique étoffé parfaitement articulé avec un texte moderne et actuel.

Un catalogue d'exposition d'une grande richesse

Un travail artistique pluridisciplinaire qui célèbre la Nature

Ce magnifique catalogue d'exposition célèbre la puissance de la Nature et la force d'inspiration qu'elle représente pour les artistes. Porté par la maison Chaumet, l'ouvrage rend hommage au végétal, dans sa nature la plus sauvage mais, également dans sa domestication par l'homme. Il illustre et développe la démarche artistique de la maison de joaillerie.

Les superbes illustrations tirées de l'exposition « Végétal – l'école de la beauté » qui se tient aux Beaux-Arts de Paris jusqu'en septembre 2022 sont accompagnées de textes de philosophes et conférenciers en histoire de l'art. Leurs contributions permettent de contextualiser les peintures, dessins, sculptures, textiles, photographies et mobiliers qui sont présentés dans l'ouvrage en parallèle des créations de joaillerie de la maison Chaumet.

Découvrez une autre facette des bandes originales !

Avec "Bandes originales" ayez un autre regard sur les différentes compositions d'artistes de génies s'étant frottés aux sphères du cinéma, de la série télévisée et du jeu vidéo.

Dans Bandes originales de Jean-Vic Chapus vous pourrez retrouver une sélection précise de compositions musicales qui ont marqué le monde du cinéma, de la série mais aussi du jeux vidéo. 

Composé de petits encarts richement détaillés sur les différentes BO présentes au sein de films, séries et jeux vidéos, le travail de nombreux compositeurs est mis en avant. 

Ici nous vous invitons donc à découvrir les autres facettes des compositeurs cités dans les pages de l’ouvrage Bandes originales. Des facettes présentes dans le livre donc vous ne serez pas trop dépaysé par votre périple au sein de nos lignes.


Hans Zimmer, ici cité pour son travail sur Gladiator de Ridley Scott, Interstellar de Christopher Nolan ou encore The Dark Knight : Le Chevalier Noir du même Nolan, est également reconnu pour son travail de musicien sur certains opus de grandes séries vidéoludiques. Comme contribution majeure nous pourrions vous parler de son apport à la saga Call Of Duty dans l’opus Modern Warfare 2 (qui encore aujourd’hui est, avec Modern Warfare 2019, le meilleur opus de la série et un exemple en matière de narration et de scénario de jeu d’action). Petite anecdote, le comparse de Zimmer, Harry-Gregson Williams avec lequel il avait travaillé sur la BO du très sympathique The Rock de Michael Bay, est quant à lui responsable de la composition sur le précédent opus de Call Of Duty, sur Modern Warfare premier du nom. Modern Warfare 2 a su s’imposer très rapidement dans l’imaginaire collectif grâce à sa BO. En témoigne le nombre de memes sur internet dans lesquels sont présents le morceau Estate Betrayal (quand les personnages de Ghost et Roach se font assassiner par le général Shepherd) lorsqu’un moment triste survient. Mais également le morceau Protocol (lorsque Soap et le Capitaine Price traque le général Shepherd en zodiac sur les rivières afghanes) s’imposant sur des clips internet se voulant ouvertement épiques ou spectaculaires.
Et autre travail fort de Hans Zimmer dans la sphère du jeux vidéo avec Crysis 2. Magnifique BO ayant tout compris à l’ambiance anxiogène et menaçante du jeu, la bande originale atteint son paroxysme lors de la scène final du jeu, avec le morceau Epilogue, lorsque Alcatraz/Prophet (pardon pour le spoiler) se relève des ruines du vaisseau alien tombé suite à la bataille de central park.

Autre magnifique incursion dans le monde du jeux vidéo, celle de Trent Reznor. Dans l’ouvrage il est cité comme le compositeur, lui et son compère Atticus Ross, des scores de The Social Network de David Fincher (le film est un immanquable et le morceau Intriguing Possibilities est très certainement le meilleur de l’album) mais aussi de la série télévisée faisant suite à Watchmen (la fresque épique de Zack Snyder, ou le comic book d’Alan Moore et Dave Gibbons à vous de voir) sobrement intitulée Watchmen.

Ici nous pourrons vous conseiller deux autres visions de l’artiste. Avec d’une première part les thèmes de Quake I du studio ID Software (pères fondateurs du FPS avec Wolfenstein 3D et ce qui encore aujourd’hui une des séries de jeux les plus cultes jamais faite nous avons cité DOOM). Les morceaux de la BO de Quake sont en accord avec la dimension métal et grunge que le studio de développement voulait inculquer au jeu, et c’est à juste titre que Reznor compose les musiques du FPS de ID avec son groupe Nine Inch Nail (groupe de métal industriel américain fondé en 1998). 
Puis nous pouvons retenir le featuring opéré par Reznor et Ross avec la chanteuse Karen O sur la reprise de Immigrant Song pour le générique d’ouverture de Millenium : les hommes qui n’aimaient pas les femmes de David Fincher. 

Autre compositeur de génie avec Kenji Kawai, responsable de l’incroyable OST de l’anime Ghost in the shell. Le chef d’orchestre japonais se sera également illustré (dans le mauvais sens du terme pour cette fois) en composant les musiques de l’effroyable long métrage Samouraïs de Giordano Gederlini où un mystérieux samouraï immortel se sert du commerce de jeu vidéo pour se transformer en arme (oui le scénario est complètement absurde, avec en prime la présence de Omar Sy n’échappant pas aux lignes de dialogues légèrement racistes chères aux années 2000). Mais Kenji Kawai est également connu pour avoir donné du son au film d’animation Resident Evil Vendetta ou les bras puissants et musclés de Chris Redfield font équipe avec le brushing impeccable de Leon S. Kennedy. Avec ces deux exemples nous pouvons donc voir qu'en plus de l’animation, Kenji Kawai reste très proche de compositions en lien avec la sphère du jeu vidéo.

Le cinéma et la télévision possèdent une frontière qui se fait de plus en plus floue depuis quelques années, notamment avec l’ère des séries HBO avec des séries comme Frères d’armes (une véritable pépite), Oz, The Wire ou encore True Detective. Et il n’est pas rare de voir certains compositeurs passer du petit au grand écran. Prenons l’exemple de Tyler Bates, ayant oeuvré sur la trilogie John Wick (qui avec les 3 derniers Mission : impossible sont très clairement les meilleurs films d’actions de ces 10 dernières années haut la main) et qui en 2017 a travaillé comme compositeur sur la saison 1 de Marvel’s The Punisher avec, notamment, le score du générique rendant un bien bel hommage au justicier expéditif de chez Marvel.

Enfin, toujours dans cette démarche de passage entre plusieurs médias, nous pouvons citer le génie de la composition : Ramin Djawadi. Dans l’ouvrage de Jean-Vic Chapus, Djawadi est plus ou moins cité pour son travail sur la série HBO Game of Thrones, mais notre cher ami allemand s’est également illustré en travaillant sur des longs métrages comme avec les scores épiques et gonflés aux stéroïdes de Pacific Rim de Guillermo Del Toro (un actionner SF jouissif aidé par une mise en scène intelligente), les thèmes inquiétants, mélancoliques et accrocheurs du chef d’oeuvre télévisuel qu’est Person of Interest ou encore l’OST de l’excellente adaptation en série de Jack Ryan avec John Krasinski (le bon Jim de The Office).
Et troisième corde à son arc, Ramin Djawadi a également composé pour la sphère du jeu vidéo en signant les scores de Medal of Honor 2010 et Medal of Honor Warfighter (bien que inégaux les deux titres ont au moins le mérite de nous proposer pour la première fois un conflit moderne dans la saga) mais surtout une partie des musiques de System Shock II qui, pour l’apparté, sera une immense source d’inspiration pour le futur jeu BioShock de 2K Games (qui reste encore aujourd’hui un chef d’oeuvre de gameplay, de game design, de narration et de design).


Avec ces différents exemples nous aurons tenté de vous montrer que certains des plus grands compositeurs de notre temps possèdent plusieurs casquettes pour le plus grands plaisir de nos oreilles de consommateurs d’images. Nous vous invitons donc à vous plonger dans les différentes oeuvres que nous vous avons partager, en plus de découvrir celles citées dans le très bon Bandes originales de Jean-Vic Chapus.

Herbert Crowley

Découverte d'un artiste singulier...
Avec The Wigglemuch, Herbert Crowley (1873-1937) britannique exilé aux Etats-Unis, fait en 1910, une entrée remarquable mais fugace dans l’histoire des comics. Une découverte pour Justin Duerr en 2008 qui mène alors une enquête palpitante sur sa vie pleine de vicissitudes aussi fascinante que son œuvre : découverte de documents dans les ruines d’une ancienne communauté d’artistes au Texas, recherche en Suisse sur les traces de C.G.Jung etc. Oublié, Herbert Crowley a pourtant côtoyé les plus grands artistes de son époque lors d’expositions de l’Armory Show. L'étude de cette oeuvre révèle des sculptures et des illustrations de créatures grotesques et enfantines, des paysages nocturnes au symbolisme mystérieux, des temples floraux minutieux et symétriques : une œuvre singulière où l’enchanteur côtoient l’inquiétant. Sa vie interpelle donc autant que son œuvre et malgré les maigres traces laissées, l’ouvrage décrit l’itinéraire singulier de cet artiste du début du XXIème siècle.

Voici une vidéo introductive à l'oeuvre d'Herbert Crowley à l'occasion de la parution de l'édition américaine. Merci à Urban Comics de nous proposer cette édition traduite en français.

The Temple of Silence: Forgotten Worlds of Herbert Crowley


Articles

Henri-Edmond Cross, peintre de la lumière

La belle rétrospective que le Musée des impressionnistes de Giverny consacre Henri-Edmond Cross comme l'un des plus grands peintres néo-impressionnistes avec Seurat et Signac. Resté sous la tutelle de ces deux géants comme de nombreux peintres de ce mouvement comme Maximillien Luce ou Charles Ang...

Mai 68 en art, affiches et slogans.

Mai 68 a été un moment d'effervescence sociétale, politique et aussi culturelle. Mai 68 a produit des idées, certaines traduites en slogans comme les célèbres "Ne travaillez plus" et "Jouissez sans entraves", des caricatures dans de nombreux journaux, fanzines ... (comme dans l'indispensable L'E...

Mai 68 en photographies

Les événements de mai 68 ont produit une abondante iconographie notamment photographique (clichés de photojournalistes et d'amateurs). Certaines photographies sont devenues de véritables icônes comme le portrait narquois de Cohn-Bendit face à un CRS devant la Sorbonne prit par Gilles Caron. Entre...

Arts

Chargement...